Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Management

La coopération : conditions requises

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 1er janvier 2012 (modifié le 26 avril 2012)

Quatre éléments essentiels doivent être associés afin que la coopération puisse se concrétiser.

L’enjeu managérial est précisément de créer ces conditions collectives préalables.

Pour Picq et Retour (2001), "le préalable au développement de la coopération est de construire une représentation commune, des objectifs partagés et des règles d’organisation propres à l’équipe et acceptés de tous".

En matière de règles d’organisation de la coopération, "quatre éléments essentiels doivent être associés afin que la coopération puisse se concrétiser" (1) :

  • Mettre en place une bonne communication

Celle-ci nécessite que les acteurs se retrouve "au niveau du répertoire et de la syntaxe, en créant un langage commun et compréhensible" (1).

Par ailleurs , la confiance mutuelle et l’empathie doivent guider les échanges au sein du groupe.

  • Etre accepté et reconnu par l’autre

Dans une relation de coopération, il est nécessaire que l’individu soit considéré comme un être à part entière, reconnu par l’autre pour ses compétences, ses aptitudes et ses valeurs tant professionnelles que personnelles.
L’individu a donc besoin d’être reconnu, respecté et surtout différencié de l’autre" (1)

  • Respecter le secret

Dans une situation de coopération, "chacun des intervenants doit bien distinguer ce qu’il peut révéler au sein d’une réunion professionnelle et ce qu’il ne vaudrait mieux pas qu’il affirme sous peine de mettre en échec la coopération.
Le concept de confiance (...) joue ici un rôle prépondérant."

  • Promouvoir l’égalité et la liberté des acteurs ainsi que la justice dans la coopération.

"En l’absence d’égalité, des comportements plus ou moins négatifs risquent de se développer : en effet l’asymétrie en terme de pouvoir entre les parties peut conduire à des situations conflictuelles (...).

Par ailleurs, sans liberté, l’individu est placé dans une situation de soumission (...) ce qui rendra impossible la coopération. Enfin, la justice est importante car la coopération doit s’arrêter aux limites de la justice et de la loi"(1)

Ainsi le rôle du manager est de promouvoir, dans ce cadre mais aussi dans celui de sa responsabilité hiérarchique sur une équipe, la coopération entre acteurs, compétence individuelle
fondamentale de plus en plus reconnue.

(1) Les fondements de la coopération, Costin Zahara, Ensan/Grid/ESTP 2003